Depuis les années 1990, l’art contemporain fait partie intégrante des maisons de luxe, qui utilisent ce vecteur original pour communiquer sur leur marque et qui est également une source d’inspiration centrale pour concevoir de nouveaux produits.


Confronté à une oeuvre d’art, le spectateur éprouvant des émotions, lie une relation personnelle et unique avec celle-ci. C’est cette relation privilégiée que les maisons de luxe tentent de reproduire en intégrant l’art contemporain au coeur de leur stratégie marketing et commerciale.

Le produit est alors lié à une histoire, un contexte, renforçant ainsi le sentiment d’appartenance à un milieu exclusif, select et intime.

La collaboration avec des artistes choisis permet aux maisons de luxe d’affirmer leur identité en véhiculant leur intérêt pour la culture et l’art contemporain, notamment par le mécénat et la construction de lieux regroupant art contemporain et marque. 

Les consommateurs ne sont donc plus simplement reconnus comme adeptes de produits de luxe mais aussi comme de véritables amateurs d’art. On peut citer par exemple la Fondation Louis Vuitton et son exposition temporaire « L’observatoire de la lumière » de Daniel Buren.

Les maisons de luxe choisissent les lieux adaptés à cette alliance entre art et luxe, afin de mettre en scène leurs produits à travers l’organisation d’expositions, d’événements exclusifs… En 2012, Hermès fait appel à l’artiste japonais Hiroshi Sugimoto pour la réalisation d’une collection unique de 20 carrés de soie, en 7 exemplaires numérotés. En parallèle, ces carrés ont fait l’objet de plusieurs expositions notamment à Bruxelles et à Bâle. 

L’art et le luxe s’enrichissent et se valorisent ainsi mutuellement, tout en conservant leur identité et leur spécificité.

photo article art et luxe
http://www.etvonweb.be/31497-sugimoto-au-carre-expo

Sources :
http://fr.slideshare.net/carinapiccina/mmoire-de-fin-dtudes-art-et-luxe-du-mcnat-lartketing
http://www.forum-avignon.org/sites/default/files/editeur/2_Art_et_Luxe_LEURENTNGUYEN.pdf
http://archives.lesechos.fr/archives/2014/SerieLimitee/00129-014-SLI.htm

Sommaire